Menu
Accueil > Citoyen & solidaire > Investissement / Défiscalisation + versement mensuel
Partager ce projet
Facebook twitter ln instagram
Investissement / Défiscalisation + versement mensuel
Investissement
Actions

Investissement / Défiscalisation + versement mensuel

Etiquette Citoyen & solidaire
Location Paris (75)
3 332 000€
levés auprès de 73 investisseurs sur un objectif de 6 000 000€
56% du 5ème objectif
objAtteint 1er, 2e, 3e, 4e objectifs dépassés
9
interessés

Contribuez à la création de nouvelles crèches,
avec une rentabilité moyenne sur 5 ans de 8,15% par an après impôts. 

Créé en 2017, Montessori NeoKids développe et gère le premier réseau de crèches Montessori en France, pédagogie aujourd’hui mondialement reconnue pour l’épanouissement et le développement de l’enfant. Après 3 ans d’activité, la société NeoKids Invest Vip détient 10 crèches et souhaite lever aujourd’hui jusqu’à 6 millions d’euros pour financer l’ouverture de 17 crèches supplémentaires d’ici 2025, pour un total de 400 places.

La pédagogie Montessori, fondée sur le respect du rythme et de l’individualité de l’enfant, est aujourd’hui mondialement reconnue par les professionnels de la petite enfance et par les travaux de recherches des neuroscientifiques. Après 3 ans d’activité, NeoKids Invest Vip prévoit de réaliser plus de 3,8M€ de Chiffre d’Affaires pour un Excédent Brut d'Exploitation de 403K€ en 2021. Notre levée de fonds financera l’ouverture de 17 crèches Montessori supplémentaires d’ici 2025, pour un total de 400 places.

Depuis 2018 et l’ouverture des premières crèches en marque propre sous l’enseigne Heididom, le groupe change de nom en 2019 pour devenir NeoKids et se positionne sur un déploiement en franchises à l’échelle nationale et internationale. En 2020, le groupe compte 12 crèches.


Connectez-vous pour accéder à plus d'informations sur cette opportunité d'investissement : points forts de la marque, fondateurs, perspectives de croissance, objectifs de la levée…



Inscrivez-vous ou connectez-vous pour découvrir les détails du projet, de l'opération ou poser vos questions au porteur de projet.
 

L'opération

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour découvrir les détails du projet, de l'opération ou poser vos questions au porteur de projet.

Actualités

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour découvrir les détails du projet, de l'opération ou poser vos questions au porteur de projet.
06 novembre 2020

Les plans de développement du cerveau


Maria Montessori a défini 4 étapes dans la croissance de l’enfant et du développement de son cerveau, les plans de développement.

Le premier plan

Elle nommera la période de la naissance à 3 ans, « l’embryon psychique » ou petite enfance car c’est à cette période que tout se construit, tout se crée. L’enfant va apprendre pendant cette période davantage que pendant le reste de sa vie.

Le premier plan continue sur la période de 3 à 6 ans.

Le deuxième plan

De 6 à 12 ans, l’enfant est un « explorateur culturel ». Il a besoin d’aller au bout des choses et développe des grandes capacités de travail. Les autres l’intéressent et il a envie de travailler avec eux. C’est une période calme notamment sur le plan physique, il montre alors un intérêt important pour la culture générale et notamment pour le monde autour de lui.

Le troisième plan

De 12 à 18 ans, Maria Montessori appelle cette période, l’adolescence. Il s’agit pour l’enfant d’une période similaire à une nouvelle naissance lors de laquelle il apprend à s’adapter pour appartenir à la société.

Le quatrième plan

De 18 à 24 ans, l’enfant entre dans « la maturité », il devient alors un « explorateur spécialisé ». Il décide de ses études et de sa vie professionnelle.

« Avant 3 ans, les fonctions se créent, après 3 ans, elles se développent. » – Maria Montessori

06 novembre 2020

La période sensible des petits objets


Cet article fait partie d’une série sur les périodes sensibles dans la pédagogie Montessori. En effet, pour Maria Montessori, ces périodes sont essentielles au développement des enfants de moins de 6 ans et plus spécifiquement de moins de 3 ans.

La période sensible des petits objets se caractérise par le fait que l’enfant fait une fixation sur les petits objets et les détails. Ceci est une indication comme quoi l’ordre et le souci du détail viennent en même temps dans l’esprit de l’enfant. Pour préparer correctement l’environnement par rapport à cette période sensible, le mieux est de se baisser au niveau de notre genou et de marcher ainsi pour voir soi-même tous les détails que l’enfant repère.

Comment se manifeste cette sensibilité ?

Lorsque l’enfant sort en promenade, il s’arrête pour observer les détails ou pour ramasser des petits objets de la nature. Il emporte ces petites choses partout avec lui et s’il les perd, cela peut devenir un drame. Cette période est aussi essentielle pour lui préparer des boîtes ou des plateaux comportant des petits objets destinés à un apprentissage particulier. Il aura beaucoup de plaisir à les manipuler. Il faudra évidemment toujours être attentif à la sécurité de l’enfant.

Que faire ?

Permettez-lui de transporter et de jouer avec ces petits objets : des feuilles, des cailloux, etc. Laissez-le explorer. S’il se trouve dans une période où il met ces objets dans sa bouche au lieu de les garder dans les mains, observez-le de très près. Les enfants portent ces objets à la bouche parce qu’ils les explorent de manière sensorielle : quel goût à cet objet ? Comment est-il lorsqu’il est mouillé ? Est-ce qu’il peut le manipuler ou le modifier ? Posez-lui alors la question : « quel est cet objet ? Est-ce que je peux t’aider à en faire quelque chose ? »

Pour un objet qui vous semble dangereux et vous rend nerveux, mais ne l’est pas nécessairement, regardez-le avec votre enfant, asseyez-vous et agissez avec lui pour lui permettre de l’examiner. Soulignez sa texture, son utilisation, la manière appropriée de se servir de l’objet et mettez-le en garde contre les dangers.

Pour les objets que l’enfant veut toujours mettre dans la bouche mais qui présente un risque d’étouffement, cherchez si vous pouvez trouver un objet plus grand mais qui imite ce que l’enfant trouve intéressant, et laissez-lui explorer cet objet-là. Par exemple, si un enfant s’intéresse à une perle en bois, vous pouvez lui substituer une cuillère en bois.

06 novembre 2020

La période sensible à la vie sociale


Cet article fait partie d’une série sur les périodes sensibles dans la pédagogie Montessori. En effet, pour Maria Montessori, ces périodes sont essentielles au développement des enfants de moins de 6 ans et plus spécifiquement de moins de 3 ans.

Pendant la période sensible à la vie sociale, l’enfant comprend les relations entre les gens, avec lui-même ainsi que ses propres droits. Au début, l’enfant n’est concerné que par lui-même mais lorsqu’il grandit, il inclut les autres. Le développement et la compréhension progressive des moeurs et la façon dont le comportement affecte l’autre commence à ce moment-là.

Comment un enfant manifeste-t-il cette sensibilité ?

Lorsque l’enfant n’est concerné que par lui-même, la possession est alors très importante. Lentement, en suivant des conseils, il va commencer à s’intéresser aux besoins des autres, ou à être plus sensible aux droits des autres. Parfois, l’enfant peut comprendre le bon moment pour une réaction respectueuse mais ne sait pas comment faire. Il reconnaît le besoin par rapport à une situation sans trouver la réaction adéquate à adopter.

Que faire ?

Tout d’abord, l’enfant est guidé par notre façon d’agir, nous sommes son modèle. Si vous agissez par rapport à votre enfant avec « gratitude et courtoisie » ainsi que par rapport aux autres personnes que vous rencontrez, l’enfant agira de même. Soyez prêt à reconnaître quand vous avez tort, surtout si votre enfant en a été témoin, et il sera important non seulement de s’excuser mais aussi d’expliquer pourquoi votre réaction n’était pas appropriée. Nous souhaitons que nos enfants respectent les autres et ils le feront d’autant mieux que nous montrerons toujours l’exemple.

Lorsque vous lisez un livre à votre enfant, signalez-lui les émotions et les réponses apportées en lui posant des questions : « que penses-tu que ce personnage ressent ? » ou « pourquoi penses-tu qu’il a réagi ainsi ? ».

Lorsque vous reprenez votre enfant sur son comportement inapproprié, ne lui dites pas seulement comment il aurait dû faire mais aussi pour quelle raison. Passez du temps à parler de manière pacifique avec votre enfant quand il a eu une réaction brusque ou quand il a du mal à répondre avec « grâce et courtoisie ».

Demandez-lui comment il se sent, et pourquoi il a réagi ainsi. Le but n’est pas de le rendre honteux ou de le culpabiliser mais de poser des bases pour qu’il puisse identifier ses faiblesses et ses forces. Le développement du vocabulaire l’aidera à mettre les mots justes sur les émotions qu’il ressent et à mieux se comprendre, se connaître.

Maria Montessori a observé qu’au cours de ces périodes de développement, l’enfant semblait suivre une série de principes, de lois naturelles qui dirigent le développement de l’enfant : la loi du travail, la loi de l’indépendance, le pouvoir de la concentration, le développement de la volonté et de l’obéissance, de l’intelligence, de la vie émotionnelle et spirituelle de l’enfant, et les différents stades de croissance.

Maria Montessori a écrit : « traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur de ce que vous possédez ».

06 novembre 2020

Quel rôle a l’adule dans les périodes sensibles de développement de l’enfant ?


Cet article fait partie d’une série sur les périodes sensibles dans la pédagogie Montessori. En effet, pour Maria Montessori, ces périodes sont essentielles au développement des enfants de moins de 6 ans et plus spécifiquement de moins de 3 ans.

Une bonne connaissance de l’existence des périodes sensibles nous permet d’aider l’enfant de manière différente. Nous pourrons les reconnaître et faire le nécessaire au bon moment puisque nous savons aussi qu’elles ne se reproduiront plus par la suite.

On sait qu’on ne peut ni les créer, ni les reporter, ni les allonger, ni les annuler. L’adulte peut seulement s’y adapter et créer un environnement adéquat. C’est ainsi qu’on ne dira pas à l’enfant « maintenant tu dois apprendre à lire car tu en as l’âge », on lui fait confiance et on sait qu’en l’observant et en lui proposant un environnement adapté, il traversera forcément la période sensible de la lecture. `

L’adulte dit avoir une bonne connaissance du développement de l’enfant. À l’aide de ses connaissances et de ses observations, il va ainsi mettre en place un environnement préparé qui réponde aux besoins de l’enfant.

L’observation est un des premiers outils enseignés à chaque membre du personnel des crèches Heididom. L’observation est indispensable car à cet âge-là, l’enfant n’est pas capable de nous expliquer ce qu’il vit. C’est une tâche difficile car il est important d’observer en oubliant ce que l’on voudrait voir. Notre rôle est aussi de les accompagner à devenir eux-même.

Le rôle de l’adulte est de faire vivre l’enfant dans un univers basé sur l’ordre et les limites, en appliquant les principes de Maria Montessori : un adulte préparé, un environnement préparé et de la liberté avec des responsabilités.

06 novembre 2020

Crèche d’entreprise : comment la mettre en place ?


La crèche d’entreprise est une solution de garde qui se développe de façon exponentielle depuis une dizaine d’années.

En France, on estime que le nombre de places de crèches manquantes pour répondre au besoin des familles se situe autour de 350 000. Ce chiffre alarmant explique facilement les difficultés rencontrées par les parents pour concilier leur vie professionnelle et leur vie de famille.

Pour les entreprises, les conséquences sont lourdes, et se traduisent par des difficultés à recruter, un taux d’absentéisme en hausse et un turn-over régulier dans leurs effectifs. Pour remédier à cette situation, de plus en plus d’entreprises choisissent d’investir dans la réservation de places en crèches pour leurs salariés.

3 bonnes raisons d’investir  dans une crèche d’entreprise 

  • Améliorer le bien-être de vos salariés au travail contribue à améliorer leur disponibilité et leur productivité. Les salariés qui bénéficient d’une place en crèche d’entreprise n’auront pas à se soucier de trouver un mode de garde pour leur enfant, ils seront naturellement plus sereins durant leurs heures de travail.  
  • En réservant des places de crèche d’entreprise, vous améliorez l’image de votre entreprise, tant auprès de vos salariés qu’auprès de vos clients et partenaires. Dans les crèches Montessori Neokids, des places sont disponibles pour la réservation par les entreprises quelque soit leur taille et le nombre d’employé concerné. Vous pouvez donc réserver votre place de crèche d’entreprise même si votre société ne compte qu’un seul salarié ! 
  • Côté finances, réserver des places de crèches d’entreprise est bien plus avantageux qu’on ne le pense pour les entreprises. En effet,   plus de 80% du coût est pris en charge par les subventions de l’état. Ainsi, au regard des avantages pour l’entreprises et ses salariés

Comment mettre en place votre crèche d’entreprise avec Montessori NeoKids ?

Montessori NeoKids, premier réseau de crèches Montessori en France, vous accompagne dans votre projet de crèche d’entreprise. Que vous souhaitiez mettre en place une crèche dans vos locaux, ou réserver des berceaux dans l’une de nos crèches, notre équipe sera à vos côtés pour étudier votre projet et vous proposer la solution la plus adaptée à vos besoins.

La pédagogie Montessori, appliquée par nos crèches et plébiscitée par l’ensemble des spécialistes de la petite enfance, est très recherchée par les jeunes parents. En choisissant de réserver vos places de crèche d’entreprise avec Montessori NeoKids, vous proposez à vos salariés un mode de garde sécurisant et épanouissant pour leurs enfants.

Quelque soit votre domaine d’activité, la taille de votre entreprise et votre secteur géographique, Montessori Neokids vous aide à offrir aux enfants de vos salariés plus qu’une place en crèche, une place dans le monde de demain.

 Plus d’informations : contact@montessori-neokids.fr

06 novembre 2020

Le développement du langage oral des bébés d’après la pédagogie Montessori


La pédagogie Montessori, élaborée par Maria Montessori et proposée dans toutes les structures Neokids, ne propose pas le français comme matière. Dans cette pédagogie, nous parlons plutôt de “langage”. Le langage est d’ailleurs composé de six axes principaux : le langage oral, l’introduction à l’écriture, les premières activités de lecture, l’écriture manuscrite, les Grands Récits puis l’apprentissage de la grammaire.

Maria Montessori, basée sur ses recherches en neuroscience, estime que l’esprit de l’enfant est absorbant entre 0 et 6 ans. Il pourrait d’ailleurs probablement l’être avant, pendant la grossesse. L’esprit absorbant est directement corrélé à ce que l’enfant entend, il est donc essentiel d’utiliser un langage précis et de communiquer le plus possible avec lui, dès son plus jeune âge.

Dans cet article, nous nous concentrons principalement sur le développement du langage oral. La capacité à communiquer de l’enfant évolue petit à petit depuis la naissance, notamment au travers de toutes ses premières communications avec un autre. Les plus petits vont alors commencer un long voyage dans la découverte d’eux-même comme une entité indépendante.

Les bébés sont, dès le début, programmés pour le langage symbolique.

En effet, autour de 2 mois, les nerfs de la gorge, de la bouche et de la langue sont développés pour que l’enfant puisse émettre des gazouillis et donc commencer à communiquer et se faire entendre. Grâce à ces gazouillis, l’enfant s’entraîne et commence déjà à renforcer ses muscles. A partir de cet âge, il va donc s’amuser à émettre des sons et les écouter.

De ce fait, il est essentiel d’éviter les tétines qui vont empêcher l’enfant d’émettre ses sons et lui donner l’impression qu’il est incapable de produire un son.

Autour de 5 mois, les enfants vont commencer à associer consonnes et voyelles “ ma ma ma, ba ba ba”. Plus les parents accorderont de l’attention et de l’écoute au bébé, plus ce son sera qualitatif. S’ils répondent en écoutant et imitant le bébé, celui-ci bavardera plus. Dès le début, il est essentiel de mettre en place un dialogue, parler, puis attendre une réponse.

Toute situation du quotidien peut être l’occasion de dialoguer : quand vous l’habillez, le changez, le promenez, lui présentez son entourage. Il est important de nommer distinctement les actions, les personnes, les objets. Utiliser des mots simples mais faire attention à respecter l’enfant dans son auto-formation. Utiliser des mots simples ne veut pas dire utiliser toujours les mêmes. En effet, afin que l’enfant puisse développer son langage, il est essentiel d’utiliser un vocabulaire riche, une bonne grammaire et de prononcer distinctement tous les mots. Plus vous utilisez une quantité variée de mots, plus son langage se développera.

De plus, il est essentiel de lui adresser les mots directement. Le bébé a besoin d’interagir directement avec vous quand vous parlez et d’être au même moment en relation avec le monde réel autour de lui, avec les objets, actions, personnes, que vous lui présentez.

À travers ces conversations, vous posez les bases de la communication intelligente.


Autour de 9 ou 10 mois, l’enfant fait une grande découverte : il se rend compte que les sons peuvent avoir un sens. De ce fait, il va pouvoir commencer à nommer les membres de sa famille : papa, maman…

Puis, il fera la connexion entre les sons et les objets, actions, personnes. Il peut d’ailleurs commencer à être frustré, se rendant compte qu’il ne peut tout prononcer. Par cette frustration, il commencera à aller au-delà dans la production de ses propres sons.


À 12 mois, l’enfant a souvent appris quelques mots, autour de six. Il va alors continuer à ajouter des mots et des expressions de manière mensuelle. Une fois que son vocabulaire comprend une cinquantaine de mots, il va alors apprendre de nouveaux mots de manière quotidienne. Cette explosion du vocabulaire se produit en général entre 12 et 24 mois, si elle ne s’est pas encore produit autour de 18 mois, il ne faut donc pas s’inquiéter.


Durant les 4 à 5 années suivantes, l’enfant apprendra un nouveau mot de vocabulaire toutes les deux heures. Le développement du langage chez l’enfant est particulier grâce à 3 capacités innées du cerveau :

  • Celle à comprendre les mots comme se référant à la globalité d’un objet et non à une partie ou une propriété uniquement.
  • Celle à comprendre de manière instinctive que certains mots se réfèrent à un groupe et non à un élément individuel. Par exemple, le mot « animaux » qui se réfèrent à tous les animaux (tigres, vaches, lapins…)
  • Celle à reconnaître que certains mots vont se référer à une nouvelle propriété ou nouvelle partie d’un objet déjà connu. Par exemple, une couleur, ou une partie du corps.

Ces capacités s’appliquent également à la grammaire, qu’il va comprendre tout de suite de manière instinctive et intuitive. L’expansion de la grammaire va d’ailleurs arriver juste après l’explosion des mots. Avant 4 ans, les enfants auront en général intégré toutes les règles de grammaire.

À partir de ce moment, en même temps que le langage oral va commencer à se développer, il est essentiel d’accompagner l’enfant dans le développement de son langage écrit.

06 novembre 2020

La musique et l’art dans la pédagogie Montessori


“Les enfants forment un auditoire spécial, qui est d’une autre importance que celui qu’on appelle “un auditoire ayant l’intelligence de la musique”, c’est un auditoire chez lequel doit se développer l’intelligence musicale”. – Maria Montessori

Alors que Maria Montessori était plutôt de profil scientifique, elle s’est également intéressée à l’apprentissage de la musique et notamment à l’élaboration d’une éducation musicale, toujours à l’aide du matériel qu’elle développait. Parmi ces matériels, on connaît les cloches, les boîtes à sons ou également les différents hochets présentés dès le plus jeune âge.

Maria Montessori s’est intéressée à l’apprentissage du solfège dans le but d’aider les enfants à apprendre l’écriture et la lecture des notes en clé de sol et clé de fa, la construction des modes, des gammes, etc.

Étant elle-même plutôt scientifique, elle s’est accompagnée d’Anna-Maria Maccheroni pour développer les bases de cette éducation musicale (toujours en lien avec le développement du cerveau de l’enfant). L’intérêt pour Maria Montessori était de développer la créativité mais également de découvrir et expérimenter l’écriture musicale.

Cette pédagogie développée en collaboration entre les deux femmes donne une grande importance à l’écoute corporelle et donc à une expérimentation aussi sensorielle que corporelle. Cette progression était d’ailleurs appelée “Œil, voix, oreille, main”, la musique étant avant tout « vie ».

En effet, pour les plus petits, la musique est une forme de communication, elle permet de retranscrire une humeur par exemple. Vous l’avez peut-être déjà expérimenté, mais les bébés adorent entendre leurs parents chanter. C’est en effet quelque chose de très apaisant pour eux, la voix de leur mère étant familière et les sonorités relaxantes. Si le chant n’est pas votre fort, vous pouvez leur faire écouter de la musique de bonne qualité, en transmettant un héritage culturel et varié. De la musique classique par exemple, Bach ou Mozart mais aussi du jazz. La musique classique permettra à l’enfant de développer l’ordre dans son cerveau.

Quand votre enfant est encore tout petit, il est essentiel de garder des temps privilégiés pour l’écoute de la musique enfant. Écouter de la musique doit être une activité à part entière, un moment de qualité entre vous et votre enfant, et ne pas rester en fond sonore. Choisissez plutôt un moment où vous êtes ensemble, dans le calme, et pas occupés à d’autres activités. Si vous chantez ou jouez d’un instrument, faites-le pour vos enfants.

D’autres outils très utiles pour développer le sens musical de vos enfants sont les hochets. Ils sont d’habitude les premiers objets que votre enfant va expérimenter pour produire un son ou un rythme avec son oreille et sa volonté propre. Même encore âgé de deux mois, un bébé peut attraper, secouer son hochet et lui faire faire du bruit.

À l’âge de 8 mois, votre enfant prendra du plaisir à secouer une petite bouteille remplie de grains de riz, de pâtes ou de graines. À 12 mois, il aimera faire du bruit en tapant des mains. Vers 18 mois, il prendra plaisir à taper sur un tambourin, ou encore un xylophone. De même qu’il est important de garder des moments privilégiés pour la musique, il est essentiel de donner de vrais instruments, qui ont un joli son et sont accordés et pas des jouets.

 

D’autant que la musique est importante pour les plus petits, l’art représente une autre aire du langage symbolique et de l’expression créative à proposer au bébé. De même, dans notre culture, tout comme la musique, l’art a une place très importante.

Avant même de savoir écrire, votre enfant à la capacité de pouvoir communiquer ses idées par des dessins. La pédagogie Montessori participe à développer cette capacité, notamment grâce au développement de la main et la possibilité qu’a l’enfant de vite tenir un crayon correctement.

Lorsque le matériel est en libre accès, l’enfant peut naturellement et de manière autonome exprimer ses pensées par la musique ou par l’art. De même qu’en lui présentant de beaux instruments, vous pouvez montrer à vos enfants de jolis tableaux, l’emmener au musée, lui coller des belles images.

Proposez-lui des livres avec de jolies peintures ou des reproductions photographiques, des aquarelles, des dessins. Vous pouvez d’ailleurs les faire évoluer au fur et à mesure des saisons.

Dans sa chambre, vous pouvez accrocher de jolies images ou des reproductions de tableaux de maîtres. Ceci lui permettra de développer son sens de l’esthétique mais également son œil. Comme votre enfant prendra exemple sur ses parents, exposez également dans la maison de jolies œuvres. En appréciant vous-même l’art, vous lui transmettrez cet intérêt.

De nombreuses expositions sont adaptées aux plus petits et leur propose notamment des activités à thème pour les encourager à développer leur appréciation de l’art. Emmenez voir des expositions mais également des spectacles, des concerts. Le soir, proposez-lui des livres sur des artistes découverts lors d’expositions ou des musiques de musiciens vus en concert.

Lorsque votre enfant aura autour de 2 ans et demi, 3 ans, vous pourrez lui préparer un panier avec de jolies cartes postales d’œuvres d’art et lui apprendre le nom des artistes.

Emmenez votre enfant voir des expositions, adaptées à son âge, et vous ajouterez des monographies des artistes vus à votre sélection de livres du soir. Lorsque votre enfant a 2 ans et demi ou 3 ans, vous pouvez lui préparer un panier avec de belles cartes d’œuvres d’art et lui apprendre les noms.

Pour aider vos enfants à développer leur créativité et produire leur art, il est essentiel que vous mettiez à leur disposition le matériel approprié, qui correspond à leur âge, envies et capacité.

06 novembre 2020

Ouverture à Perpignan – nouvelle crèche Montessori Neokids


Toute l’équipe est ravie de vous annoncer l’ouverture le 14 septembre 2020 d’une nouvelle crèche Montessori NeoKids à Perpignan !

Adresse de l’établissement :

235 avenue d’Espagne, 66000 Perpignan

Composition de l’équipe :

  • 1 référente technique, diplômée EJE (éducatrice de jeunes enfants) Mme Catherine Allard
  • 1 auxiliaire de puériculture diplômée d’état
  • 2 aides auxiliaires diplômées CAP petite enfance

Pour inscrire votre enfant : voir toutes les informations concernant la crèche Neokids à Perpignan

06 novembre 2020

Le développement du langage écrit des bébés d’après la pédagogie Montessori


Après avoir parlé du développement du langage oral dans la pédagogie Montessori, nous allons aujourd’hui vous donner des conseils pour développer le langage écrit de vos tous petits.

Chez NeoKids, dans nos micro-crèches inspirées de la pédagogie développée par Maria Montessori, dès le plus jeune âge, nous mettons tout en place pour faciliter le développement du langage écrit.

Depuis sa naissance et grâce à la pluralité de ses sens, l’enfant développe un sens général de la vie autour de lui. Grâce à cette compréhension de son environnement, encore bébé il peut s’adapter à son temps, sa culture, son lieu et notamment au langage. Il commence alors à penser à son monde et à mettre des mots sur les expériences, les objets et les personnes qui l’entourent. 

Après avoir posé les bases très tôt du langage oral, il est essentiel de faire de même avec le langage écrit. Afin qu’il comprenne la représentation symbolique des concepts, il est important de l’aider en lui présentant des figurines ou images d’objets réels. Quelques exemples peuvent être des poupées réalistes, des mobiles avec des oiseaux, des papillons, des petits animaux en peluche, des jouets en forme de girafe, etc.

Autour de ses 18 mois, il peut être également intéressant de donner à l’enfant des petits objets qu’ils pourra explorer : des pots, des fruits et légumes, des petits animaux, des ustensiles de cuisine, des feutres, etc.


Dans les micro-crèches Neokids, nous pouvons par exemple déposer sur une étagère un petit panier comprenant des petites figurines d’objets appartenant à la même famille. Par exemple, un petit panier d’objets représentant des véhicules (vélo, voiture, rollers, etc.).

Un exemple de leçon en 3 temps peut être :

  • Présenter le petit panier en nommant chaque objet, l’un après l’autre, et en les alignant sur sa table, son plateau ou son petit tapis en feutre, de gauche à droite.
  • Lui demander de vous montrer le vélo, puis la voiture, etc.
  • Lui montrer le vélo et lui demander comment on nomme cet objet. Vous pouvez jouer à ce jeu de manière régulière avec votre enfant, en changeant fréquemment les objets du panier.

Les enfants n’ayant pas tous la même capacité de mémoire du langage, il est important de répéter ces exercices très régulièrement afin de l’aider dans cette aire de développement. Il est cependant essentiel de se souvenir que cette activité doit rester un jeu avec votre enfant. Vous n’êtes pas en train de lui donner une leçon, il n’a aucune obligation à performer ou à réussir. Prenez-y du plaisir afin que ça soit une activité aussi enrichissante, productive et agréable pour l’adulte et l’enfant.

Une fois que l’enfant s’est familiarisé avec le panier des véhicules par exemple, vous pouvez préparer un exercice similaire avec des cartes à images. De la même manière que pour la figurine, veillez bien à ce que la carte représente l’objet dans son intégralité. Petit à petit, vous pourrez introduire des cartes avec seulement une partie de l’objet (une roue, un volant, etc.) ou différentes proportions. Cela demande plus de connaissances de la part de l’enfant, et notamment une capacité à généraliser.


Un autre outil qui aidera l’enfant à développer son langage écrit est l’utilisation très tôt de livres. Avant 6 ans, privilégiez les livres qui représentent la réalité, le concret plutôt que de l’abstrait, de l’imaginaire.

Le bébé a besoin d’explorer et comprendre le monde réel avant de pouvoir s’approprier l’imaginaire créé par des adultes. Privilégiez quelques livres bien choisis, mais pas trop, dans un petit panier à côté d’un fauteuil dans sa chambre, ou dans un autre endroit calme.

Les livres ne devront pas être manipulé comme les jouets. Il est important d’apprendre à l’enfant de les prendre avec attention et soin, de tourner les pages en attrapant le coin de la page. Changez et variez régulièrement les livres afin qu’il n’en ai pas trop à disposition. Vous pouvez d’ailleurs les varier en fonction des saisons, des fêtes, des périodes de l’année afin qu’il se les approprie encore davantage.

En plus de ces différents livres, accessibles tout le temps dans son petit panier, vous pouvez également garder dans votre bibliothèque des beaux livres d’images, avec de jolies illustrations. Vous pouvez par exemple conserver un joli livre d’Histoire, un livre de voyages, de paysage ou encore sur les animaux. Vous pourrez le lire à haute voix le soir ou à un autre moment spécial de la journée.

L’enfant n’a pas besoin de comprendre tout ce que vous lisez, décrivez ou détaillez. Même s’il est déjà familiarisé avec les mots utilisés ou les actions décrites, l’enfant ne comprendra pas exactement ce que l’adulte explique. Cela n’a pas d’importance. Ce qui est important est l’appropriation et la compréhension d’un langage bien écrit et expressif par l’enfant .

Tout comme il est essentiel de lire à votre enfant, il est important que celui-ci vous voit lire. Les enfants ont tendance à estimer ce que leurs parents estiment, et à agir en mimétisme. S’il ne vous voit jamais lire, il pourra vite penser que les livres et la lecture n’ont pas de réelle importance dans votre quotidien et votre vie, peu importe ce que vous pourrez lui dire.

06 novembre 2020

Ouverture au Soler – nouvelle crèche Montessori Neokids

Le 14 septembre dernier, Alice Maret et son équipe ont eu le plaisir d’ouvrir la nouvelle crèche Montessori NeoKids au Soler !

Adresse de la crèche : 46 rue des Orangers, 66270 Le Soler 

Composition de l’équipe :

  • 1 EJE (éducatrice de jeunes enfants) Mme Allard Catherine
  • 1 auxiliaire de puériculture diplômée d’état
  • 2 aides auxiliaires diplômées CAP petite enfance


Pour inscrire votre enfant : voir toutes les informations concernant la crèche Neokids au Soler


06 novembre 2020

Les comptines dans les crèches Montessori NeoKids


Dans chacune des crèches NeoKids, les enfants ont tous les jours une activité “comptines”. Dans cet article, nous vous détaillons l’intérêt de ces comptines.

« La seule chose qui puisse nous permettre d’apprécier l’état sensible de l’enfant depuis l’extérieur, c’est son sourire et sa joie exubérante quand il parvient à articuler quelques mots courts, clairement, d’une façon qui lui permette d’en distinguer les sons, comme on distingue les coups d’une cloche de cathédrale. Ou bien quand on voit l’enfant se calmer dans une attitude de béatitude, alors que, le soir, l’adulte lui chante la douce mélodie d’une berceuse, en répétant toujours les mêmes paroles ; dans un tel délice, il abandonne le monde conscient pour entrer au pays des rêves merveilleux. » Maria Montessori 

Les mots qui riment et qui se répètent dans les chansons et les comptines attirent l’attention des enfants et leur permettent de se familiariser avec les sons de leur langue. 

Les comptines sont chantées par et pour les enfants depuis la nuit des temps et sur tous les continents. Elles développent un plaisir partagé source d’attention réciproque et d’aide au nouage de la relation. Leurs valeurs universelles nous interrogent aussi sur les modes de communications corporelles qu’elles mettent en jeu. Elles sont comme la manifestation dans un corps, qui s’adapte spontanément et inconsciemment dans son tonus, ses rythmes et sonorités de voix, de cette capacité intuitive qui se développe chez l’adulte quand il est face à un petit enfant. 

Ces comptines ont une influence notable sur le développement de l’enfant. L’aspect musical des comptines permet en plus aux bébés de jouer avec le rythme, l’intonation. 

Quels sont les effets positifs des comptines sur le bébé ? 

Le mot comptine vient du latin « computare » qui signifie compter, elles servent à compter, et ce, grâce à leur forme particulière basée sur le rythme et la rime qui se répètent.

Le développement cognitif de l’enfant 

La répétition des comptines est bénéfique pour le cerveau en plein développement des petits.

Les comptines enseignent à l’enfant : 

  • Le développement du langage et l’amélioration de la compréhension avec les gestes 
  • Le développement de la mémoire
  • La capacité d’inférences et la capacité à raisonner et à prévoir la suite logique des mots
  • La conception du nombre
  • Le développement des notions de l’espace et du temps

Le langage

La langue n’est ni apprise ni enseignée à l’enfant. C’est l’enfant qui la rencontre, la construit, la retrouve, par une activité personnelle sans laquelle aucun progrès n’est possible.

Il est évident que l’environnement joue un rôle important dans ce processus par les différentes stimulations et occasions qu’il donne à l’enfant de rencontrer sa langue maternelle.

L’enfant ne peut, en effet, acquérir correctement sa langue maternelle que dans le cadre d’un vécu socialisé : le désir et le plaisir de communiquer, la richesse des interactions, une imprégnation naturelle et continue permettent la maîtrise progressive de l’outil linguistique. 

L’apprentissage de l’enfant dépend donc de son milieu de vie. Par la fréquence et la qualité des stimulations linguistiques, les comptines contribuent à cet apprentissage et s’avèrent être un outil important. 

Que favorisent les comptines ? 

  • Le développement des aptitudes auditives
  • Le développement de la conscience de la rime
  • Le développement de la capacité d’articulation et de la modulation de la voix
  • Le développement de la capacité à réciter
  • Le développement de la diction, du muscle de la bouche et de la langue
  • Le développement de la compréhension
  • L’imprégnation dans une langue étrangère

Le chant développe chez le jeune enfant une sécurité communicative, une aisance pour engager des actes de parole et les mener à bien grâce à un vocabulaire riche et actif et aussi grâce à une compétence accrue des usages sociaux du langage.

Une préparation à la lecture

Chanter des comptines prépare aussi à appréhender des histoires plus complexes comme les histoires du soir.

La construction des comptines ressemble fortement à celle des histoires :

  • Un début 
  • Un milieu
  • Une fin

C’est une première approche du séquençage. Ils deviendront de meilleurs lecteurs. Les enfants acquerront une meilleure capacité à mémoriser les sons. La comptine est donc importante dans l’apprentissage du langage, qu’il soit oral ou écrit, par les expérimentations sonores précoces qu’elle fait vivre à l’enfant. Elle place également l’enfant au sein d’une structure rythmique possédant un début et une fin comme dans la narration.

La comptine et le nombre 

Dans toutes les comptines, il y a un système de « comptage » même si celui-ci n’apparaît pas toujours de manière très claire. Par le rythme et la pulsation, l’enfant compte.

Les comptines numériques mettent plus en avant ce phénomène de comptage, car elles emploient clairement des chiffres dans leur support. Elles vont pour la plupart jusque 12. 

Dans toutes les comptines, quelles soient numériques ou pas, on compte les syllabes en comptant le rythme. Au fil des répétitions, les comptines numériques produisent un automatisme : celui de réciter la litanie des nombres. Ce n’est pas pour autant que l’enfant possède la notion des nombres, mais il n’empêche que sa mémoire enregistre leur succession naturelle. L’enfant retient ainsi les nombres cardinaux à la base du comptage, leur sonorité exerce un attrait sur lui. 

Le goût de l’enfant pour les comptines témoigne lui aussi de cette sympathie pour les nombres. Les comptines numériques se révèlent ainsi être une bonne manière d’apprentissage des premiers concepts mathématiques. 

 La comptine et le temps 

L’enfant va expérimenter la notion de durée. Les rythmes des comptines peuvent varier, l’enfant prend conscience de la durée de la comptine. Il peut ainsi anticiper les actions et estimer la fin de la comptine

L’enfant va aussi découvrir le rythme

Dès sa naissance l’enfant découvre le rythme :

  • Le « macro rythme » : Alternance veille–sommeil, rythme d’alimentation… 
  • Le « micro rythme » : Habituation de l’enfant à la surprise, la recherche, la curiosité.

Pour développer la notion du temps il faut intégrer cette notion de rythme.

L’expression corporelle accompagnant les comptines va aider l’enfant à mieux intégrer cette notion de temps. 

L’enfant va aussi pouvoir expérimenter cette structuration du temps : 

  • La pulsation est clairement ressentie et fixe pendant un laps de temps assez long 
  • Le rythme va découper ce temps ressenti en plus petites cases répétitives et donc prévisibles, donnant au mouvement du corps la facilité de devenir en partie automatique (= répétition)
  • L’état de vigilance est maintenu par des arrêts, des changements de rythme bien marqués et bien contrôlés (= surprise)

L’enfant acquiert ainsi une perception de repères temporels par la répétition-surprise. Ce sont notamment grâce à ces repères que l’enfant va pouvoir se réjouir et partager ses affects.

L’enfant découvre les limites corporelles 

Les enfants modulent leur corps selon la rythmique. Ces manifestations corporelles sont un passage nécessaire à l’intégration intuitive du temps.

La mise en scène de la comptine. La comptine est organisée selon une temporalité. Cette mise en scène accroît l’excitation et le partage entre l’éducateur et le bébé ou entre les personnages dans la comptine. 

L’enfant expérimente le temps social

La communication est tournée vers le repérage de temps. À l’aide du rythme et des variations rythmiques, parties intégrantes des comptines, l’enfant acquiert une perception de durée, une perception de temps. Ce repérage est très important dans l’organisation de la causalité des évènements et donc dans l’organisation de la pensée.

Nous ne possédons qu’une intuition du temps, les comptines aident à l’apprentissage de cette intuition de durée sociale. 

Par la comptine, l’enfant découvre les dimensions du temps 

  • La durée : il anticipe les actions et la fin de la comptine
  • Le rythme : la pulsation et l’état de vigilance
  • Les limites corporelles : l’enfant module son corps en fonction du rythme
  • La mise en scène
  • La communication et la découverte de la causalité des évènements, l’organisation de la pensée


Les comptines et l’espace 

L’enfant apprend également la notion d’« espace », par l’appropriation et la meilleure connaissance de son corps et ce, grâce notamment à la définition des limites corporelles. L’enfant, en réponse à la musique, va bouger pour occuper de plus en plus l’espace : ce sont ses déplacements qui vont permettre à l’enfant de progressivement le découvrir, d’évoluer dans sa relation avec celui-ci et d’en avoir une appréciation plus objective. Le seul fait de ne plus être statique implique une prise de conscience de l’espace, une sorte d’exploration qui amène l’enfant à organiser cet espace en fonction du corps qui le perçoit par tous ses muscles et doit se situer au centre d’un volume dans lequel il va déployer un mouvement.

La comptine est, comme le jeu, un espace projectif où il peut jouer différents rôles. Il s’agit d’un espace imaginaire. La comptine, par ses mouvements et ses déplacements, va donner à l’enfant une prise de conscience spatio-temporelle liée à la qualité de la réception auditive (temps) et visuelle (espace) et aux liaisons établies entre les deux. Cette conscience spatio-temporelle est essentielle au bon développement de l’enfant et à ses différents apprentissages. 

La perception de son corps 

L’enfant développe ainsi peu à peu une meilleure perception de son corps et une « possession » de celui-ci par rapport à son schéma corporel.

L’appropriation progressive du corps et du schéma corporel (haut–bas, gauche–droite, devant–derrière) occupe une place importante dans la capacité exploratoire de l’enfant, essentielle dans sa constitution du soi. 

Les comptines réalisent l’équilibre du sensoriel et du mental ; elles constituent une des meilleures pistes d’entraînement de l’appareil sensorimoteur. La réponse du corps est l’un des premiers signes d’écoute musicale et rythmique que l’enfant nous donne. 

À travers la psychomotricité, l’expression corporelle et la danse, l’enfant apprend à se connaître lui-même, à gouverner ses membres, coordonner ses gestes et la pulsation musicale l’y aide. L’enfant acquiert peu à peu son schéma corporel. 

La comptine fait intervenir l’enfant tout entier par son corps, elle implique un contact corporel ne serait-ce que minime, comme avec le doigt, la main, sur les genoux… Dans la comptine nous trouvons l’association rythme/gestes/sons. Ne pas accompagner les comptines de gestes ou de balancements corporels serait donc les priver de toute leur signification vivante. 

La comptine fait vivre l’enfant par le corps et les apprentissages auxquels elle fait référence, qu’ils soient cognitif, psychomoteur ou social, passent par celui-ci. Il est donc primordial de ne pas oublier son rôle dans la construction de l’enfant en tant que personne. 

La comptine amène l’enfant à une meilleure connaissance de lui et notamment de : 

  • La latéralité : la différence d’habileté entre la main droite et la main gauche 
  • Le schéma corporel : la mise en mouvement du corps
  • Le sensorimoteur : l’enfant va élargir son répertoire gestuel

Comptines et comportements sociaux 

Chanter ensemble c’est ne faire qu’une voix, c’est un moment important de la vie en groupe, c’est un moment passé ensemble qui s’inscrira dans la mémoire collective du groupe. Derrière les comptines, il y a tout ce jeu d’acceptation et de rejet entre enfants.

Chez les plus petits (enfants de moins de sept ans), la manière de s’exprimer est plus une décharge affective. Les comptines les aident ainsi à s’exprimer et à partager leurs diverses émotions. En effet, les enfants investissent une part considérable de sensibilité dans tout ce qui touche à la musique, au dessin ou aux gestes, donc dans tout mode d’expression. Leur affectivité est donc fortement impliquée dans une activité corporelle et la rythmique peut les aider à maîtriser leur émotivité et même leur anxiété. 

La comptine est rythmée par le chant qui augmente l’excitation chez les enfants, elle leur permet de se comparer aux autres et d’accroître leur intégration dans un groupe de pairs favorisant ainsi la socialisation. 

Les comptines initient également l’enfant à l’imitation. Nous savons que celle-ci tient une place importante dans le développement social de l’enfant, non seulement en tant que base prédominante de la communication, mais aussi dans tout ce qui est reproduction de conduite, rôle, interactions. 

Les comptines auront un réel effet sur les comportements sociaux de l’enfant 

  • Chanter ensemble crée une mémoire du groupe et l’acceptation ou le rejet entre enfants
  • La décharge émotionnelle du chant va lui permettre d’exprimer ses émotions et de les gérer
  • La socialisation va lui permettre d’apprendre à s’intégrer dans un groupe
  • L’imitation de l’équipe pédagogique et de ses pairs va lui créer des bases de communication et l’initier à différentes formes d’interactions

Des comptines adaptées à chaque âge

De 0 à 12 mois il est conseillé de commencer par capter son attention et développer sa curiosité avec des comptines comme “Pomme de reinette et pomme d’api” ou encore “Brille, brille petite étoile”. De 1 à 3 ans, on pourra l’initier aux schémas corporels ou alors à intégrer des animaux. Par exemple “Trois petits minous ont perdu leurs mitaines” ou encore “Tête, épaules, genoux et pieds”.
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour découvrir les détails du projet, de l'opération ou poser vos questions au porteur de projet.
  • Instrument : Actions

  • Ticket minimum : 20 000,00€

  • Défiscalisation : IR - PEA ou PEA-PME

  • Plancher de l'opération : 100 000€

Echanges

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour découvrir les détails du projet, de l'opération ou poser vos questions au porteur de projet.
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour découvrir les détails du projet, de l'opération ou poser vos questions au porteur de projet.
Partager ce projet
Facebook twitter ln instagram

Modalités de l'opération

  • Instrument : Actions

  • Ticket minimum : 20 000,00€

  • Défiscalisation : IR - PEA ou PEA-PME

  • Plancher de l'opération : 100 000€

9 Personnes interessées

Elise Elise Amaury Ana Pierre David Anaïs Franck jean-pierre