Calculer son retour sur investissement - Le guide Tudigo

David
21/12/2022
Temps de lecture:
7 minutes
Calculer un retour sur investissement… Ça peut rappeler à certains une belle épreuve de maths inopinée. Cette fois, je vous donne la solution avant même que le problème soit posé ! Essayez de mettre de côté les visions d'horreur provoquées par vos cours de terminale. Vous allez voir, calculer un retour sur investissement, ce n'est pas si compliqué !


Pourquoi calculer son retour sur investissement ?

On ne va pas se le cacher, si on investit, c'est qu'une idée de rentabilité nous trotte dans la tête. N'est ce pas ? Rassurez-vous, on ne vous dénoncera pas...au contraire.


C'est pourquoi il est important de savoir compter, et donc calculer son retour sur investissement ! Afin de vous aider à y voir plus clair, je vous donne ci-dessous quelques formules et explications sur les indicateurs financiers pour calculer votre rendement.


On parle aussi de ROI (return on investment). Sortez les carnets, les angliscismes vont pleuvoir !


Calculer son retour sur investissement : les obligations

Ce type de créance est représentatif d'une dette. Qui l'eut cru ? Pour faire simple, c'est comme un prêt bancaire, sauf que le créancier, c'est vous !


Obligations obligent, l'entreprise vous verse des intérêts, et rembourse le capital initial à échéance définie.


Les obligations, ce n’est pas si compliqué : vous pouvez même estimer le rendement avant d'investir. Avec Tudigo, par exemple, tout est défini à l'avance. Pratique, n'est-ce pas ?


Bon, passons aux vraies maths, mais façon cuisine. Ça devrait être plus facile à digérer ! Pour calculer le retour sur investissement de vos obligations, il vous faut trois ingrédients :

  • Les intérêts ;
  • Les échéances ;
  • Le capital initial.


Les intérêts sont payés à échéances fixes et calculées selon un taux d'intérêt. Ce taux d'intérêt, justement, est basé sur le capital restant dû de l'obligation.


Le capital, lui, est remboursé tous les ans d'un montant identique. Conclusion, les intérêts diminuent tous les ans proportionnellement au capital.


Exception cependant : les obligations "in fine". Ici, la totalité du capital est remboursée à la dernière échéance. Encore moins de maths pour vous !


Toujours perdu ? Je vous donne un exemple de calcul !


Martin (personnage fictif), est un gourmand, il adore manger ! Justement, il a investi dans une start-up… Qui fait des pâtisseries vegan ! Sympa non ?


Coup chance, notre personnage fictif créé pour l'occasion a justement investi en obligations. Quelle coïncidence !


Il a investi 10 000 €. Les intérêts étaient définis à l'avance, à 10%. L'échéance du prêt et de 3 ans.

Tous les ans, il perçoit les intérêts (10% de 10 000 €, soit 1 000 €). Le capital, quant à lui, sera remboursé à la dernière échéance.


En plus de ses 10 000 €, remboursés après trois ans, il dégage un rendement de 3 000 €. Il va pouvoir en acheter, des pâtisseries !


Bon, bien sûr, pour imager, j'ai pris des chiffres ronds. Pour calculer votre retour sur investissement, armez-vous d'une calculatrice, c'est bien plus simple !


Petit hic : investir comporte des risques ! Si l'entreprise prend l'eau, elle ne pourra pas vous rembourser ou vous payer les intérêts. Soyez sur avant de vous lancer !

Calculatrice et billets de 50 euros


Calculer son retour sur investissement : les actions

On a vu les obligations, maintenant, passons aux actions. Si vous investissez au capital d'une entreprise, le retour sur investissement peut se faire via deux canaux.


→ Les dividendes

Quand vous investissez en actions, vous détenez une fraction du capital. Ces dividendes peuvent vous ouvrir un droit sur les bénéfices de la société.


Tout le détail est mis noir sur blanc dans un pacte d'actionnaires. Attention ! Toutes les entreprises ne proposent pas la distribution de dividendes.


Je vous rassure, investir dans une PME ne distribuant pas de dividendes, c'est loin d'être du bénévolat. Vous pouvez récupérer une plus-value lors de la cession des titres.


→ La plus-value de cession

L’intérêt d'acheter des actions, c'est de les revendre ! Donc logiquement, si l'action lors de la revente vaut plus chère que lors de son achat, vous dégagez une plus-value.


Le conseil de Tudigo ? Investissez dans une PME française, et attendez jusqu'au 31 décembre de la 5ème au minimum avant la revente des titres ! Vous êtes ainsi éligible à une déduction d'impôt ! Plutôt pratique, pas vrai ?


En plus, vous investissez dans un projet à impact tout en soutenant l'économie locale !


Revenons à nos moutons : mesurer la rentabilité. Le calcul est assez simple :

(valeur des titres à la revente) - (investissement initial).


Vous aimez vous creuser la tête ? Vous pouvez optimiser cette formule en ajoutant le bénéfice sur les dividendes (le cas échéant) et les aides fiscales.


Les indicateurs pour estimer son retour sur investissement

Le retour sur investissement réalisé ne peut être garanti au moment de l’investissement. Ça serait trop facile ! Tout va dépendre de la réussite et de l'atteinte des objectifs prévisionnels du projet financé.


Cependant, il est crucial de réaliser une estimation. Pour que vous puissiez y voir plus clair, je vous liste quelques points :


La valorisation de l’entreprise

L'entreprise vous semble survalorisée ? Fuyez ! Ou du moins prenez des pincettes, car il sera plus difficile de dégager un ROI important à la sortie.


Le type de repreneurs potentiels

Certains secteurs d’activité sont plus à mêmes de susciter l’intérêt de grands groupes ou de fonds d’investissement que d’autres.


La trésorerie prévisionnelle

Dans un plan de financement, une entreprise prévoit sa trésorerie. Le but est d'estimer son total après 1, 2, 3, 5 ans…


Dans ce plan, assurez-vous que la trésorerie prévisionnelle soit assez importante pour racheter les parts.

Femme entrain de calculer son retout sur investissement


Le taux de croissance du secteur

Petit conseil : regardez les analyses Xerfi sur la croissance du secteur concerné.


Petit bonus ! La plus-value peut être exonérée d'impôts ! Il faut pour cela que les titres soient inscrits dans votre PEA-PME depuis au moins 5 ans.

Calculer son retour sur investissement : les énergies renouvelables

Investir dans l'écologie, ça vous tente ? Comme ça, non seulement vous investissez, mais vous faites aussi une bonne action.


D'ailleurs, à la différence d'une PME, vous pouvez calculer le ROI avant l'investissement. Vous faites donc d'une pierre trois coups !


Par quelle magie peut-on s'assurer d'un retour sur investissement allez-vous me demander ? La réponse est très simple : les obligations d'achat !


Et oui, un producteur d'énergie renouvelable peut conclure un contrat dit "d'obligation d'achat" avec EDF ou tout ELD. Cette obligation assure le producteur que l'énergie lui soit rachetée au tarif fixé par l'État pendant une période allant de 12 à 20 ans.


L’investissement en actions dans les énergies renouvelables comporte des spécificités. Contrairement à un investissement dans une PME, le retour sur investissement est mesurable dès le moment de l’investissement.


Un bon exemple de cette situation : le Moulin de Mourlasse, centrale hydroélectrique financée sur Tudigo ! Les porteurs du projet avaient en effet signé une obligation d'achat d'une durée de 20 ans.


Nos investisseurs ont donc pu placer leur argent avec beaucoup plus de visibilité qu'un investissement classique.


On ne l'espère pas, mais un incident compromettant la production d'énergie peut toujours intervenir. Il y a donc, encore une fois, un risque !


Un retour extra-financier

Si vous êtes arrivé jusqu'ici, vous l'avez probablement compris : chez Tudigo, on vous propose d'investir dans des entreprises non cotées.


Bien entendu, il y a le retour financier, mais investir dans une PME non cotée, c'est aussi profit d'un retour sur investissement humain !


Soutenir une entreprise agissant contre le gaspillage alimentaire à côté de chez-soi, c'est bien plus gratifiant que d'investir dans un actif finançant un pipeline à l'autre bout du monde !


Création d'emploi et de richesses locales, développement social et environnemental… Tout ça grâce à votre investissement !


Si on devait résumer l'investissement non coté en une phrase, ça serait : "donner du sens à son épargne".


Vous avez toujours voulu vous la jouer grand conseiller ? En devenant actionnaire d'une PME, vous pouvez siéger aux assemblées de l'entreprise, soumettre vos idées, vous faire entendre…

Calcul du ROI


Un retour sur investissement n'est jamais garanti

Concernant l’investissement dans des PME, le retour sur investissement n’est pas garanti. Toute démarche de ce type comporte des risques : illiquidité des titres, faillite de l’entreprise…


C’est d’ailleurs ce qui explique l’importance du potentiel de gains.


C’est pourquoi je vous le rappelle souvent : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ! Ces investissements doivent venir en diversification de votre patrimoine et pour une somme dont vous n'avez pas immédiatement besoin.


Petit conseil pour finir sur les risques : constituez-vous toujours une épargne de précaution.

Comment Tudigo sélectionne les entreprises ?

Les 5 étapes cruciales du Tudigo pour vous proposer les bonnes entreprises.


1. Audit et analyse

Nos analystes étudient l'ensemble des données de la société et du marché pour évaluer la pérennité de l'entreprise.


2. Comité interne

Nos analystes financiers présentent le projet aux fondateurs de Tudigo et aux responsables du pôle investissement.


3. Rédaction des documents

Les analystes rédigent l'ensemble des documents nécessaires à la levée de fonds en investissement participatif.


4. Comité externe

Nos analystes financiers présentent le projet aux actionnaires de Tudigo (composés de juristes, d’entrepreneurs et de financiers). L'idée est de valider la solidité du dossier.


5 Lancement du projet

Le projet est visible par tous les investisseurs Tudigo. Et la boucle est bouclée ! Maintenant, c'est à vous de jouer !